Une manifestation contre l’interdiction de manifester à Périgueux Samedi 13 avril 2019

Une manifestation contre l’interdiction de manifester à Périgueux Samedi 13 avril 2019 à 13:23 – Par Laurence Méride, France Bleu Périgord Ils étaient une petite centaine devant le palais de justice de Périgueux samedi matin. La FSU, des gilets jaunes ou encore la Ligue des droits de l’homme se sont rassemblés pour protester contre la loi « anticasseurs » entrée en vigueur ce mardi. Les gilets jaunes, la ligue des droits de l’homme, la FSU et la CGT demande que la loi « anticasseurs » soit retirée Les gilets jaunes, la ligue des droits de l’homme, la FSU et la CGT demande que la loi « anticasseurs » soit retirée © Radio France – Laurence Méride Périgueux, France « Nous avons la liberté aussi de penser et la liberté de nous exprimer ». Franck Merlin Anglade, président de la section du Grand Périgueux de la ligue des droits de l’homme, est formel, cette loi n’a pas sa place en France. En particulier l’article 6 qui interdit de dissimuler son visage sous peine d’une amende de 15 000 euros et d’un an d’emprisonnement. « Le gouvernement peut prendre des dispositions qui n’amoindrissent pas les liberté des gens. Le droit de manifester est un droit constitutionnel, il fait partie de la Déclaration universel des droits de l’homme. Le gouvernement agit dans la précipitation, sur un clientélisme politique. On a une majorité actuellement, En Marche, qui n’a qu’une seule voix, comme si le génie d’un seul homme, Emmanuel Macron ndlr, pouvait remplacer le génie de tout un peuple. C’est aberrant. La démocratie est grignotée chaque jour. » explique Franck Merlin Anglade. Des violences non maîtrisées par l’Etat Et devant le palais de justice, il n’est pas le seul à tenir ce discours. Pour Teddy Guitton, secrétaire départemental du syndicat FSU, le gouvernement aurait dû anticiper les violences en marge du mouvement des gilets jaunes, violences à l’origine de la promulgation de cette loi : « Nous ce qu’on regrette c’est que le gouvernement n’ait pas agi en amont. Pourquoi avoir laissé les violences s’installer en France ? Quand les manifestations sont encadrées que ce soit par nous organisation syndicale ou par eux, on n’a jamais de soucis. Là ils ont tout laissé venir se faire sans pouvoir contrôler. » La démocratie est grignotée chaque jour Le syndicaliste exige que le peuple français puisse manifester comme avant c’est-à-dire, notamment, en organisant des rassemblements citoyens spontanés ce qu’interdit la loi « anticasseurs ». L’article 3 de la loi avait également été épinglé par la ligue des droits de l’homme. Mais le Conseil constitutionnel a refusé de le valider. Il donnait le pouvoir à l’autorité administrative le pouvoir d’interdire de manifestations toute personne présentant une « menace d’une particulière gravité pour l’ordre public ». Mots-clés : gouvernement manifestation syndicat

les annonces du Premier ministre laissent les Gilets jaunes de Trélissac indifférents Lundi 8 avril 2019 à 18:35

Grand débat : les annonces du Premier ministre laissent les Gilets jaunes de Trélissac indifférents Lundi 8 avril 2019 à 18:35 – Par Laurence Méride, France Bleu, France Bleu Périgord La restitution du grand débat national a eu lieu ce lundi au Grand Palais à Paris, en présence du Premier ministre Edouard Philippe. Pour les Gilets jaunes du quartier général de Trélissac, le gouvernement ne tirera aucune mesure des contributions des citoyens français. Les gilets jaunes de Trélissac maintiennent leurs revendications mais n’attendent pas de mesures de la part du gouvernement Les gilets jaunes de Trélissac maintiennent leurs revendications mais n’attendent pas de mesures de la part du gouvernement © Radio France – Antoine Balandra C’était il y a deux mois. Le président de la République Emmanuel Macron lançait le Grand débat national en réponse au mouvement des Gilets jaunes. Ce lundi, c’était l’heure du bilan. Sous la verrière du Grand Palais à Paris, le Premier ministre Edouard Philippe tirait les conclusions de centaines de milliers de contributions citoyennes. Le chef du gouvernement a retenu quatre axes principaux : « Une tolérance fiscale zéro », l’isolement des français, l’exigence démocratique et la préoccupation écologique. Il a estimé que ces débats indiquent « clairement la direction à prendre: nous devons baisser, et baisser plus vite, les impôts ». Ce gouvernement doit arrêter de nous prendre pour des demeurés et des moins que rien. Mais pour les gilets jaunes du quartier général de Trélissac, ces revendications ne datent pas d’aujourd’hui. La hausse du pouvoir d’achat, la justice fiscale, la baisse des taxes du carburant… Ce sont des exigences que Denis porte depuis le début du mouvement. Il ne croit pas que des mesures seront prises par le gouvernement grâce aux contributions du grand débat : « Je n’attends rien du grand débat depuis le début du grand débat. Ce sont des revendications qu’ l’on connaît depuis le début du mouvement même si on n’a pas voulu les entendre. On a encore jusqu’au 15 avril pour avoir des annonces concrètes et on ne les aura pas. » À LIRE AUSSI Synthèse du grand débat : ce qu’il faut retenir des contributions Le grand débat national, une imposture Serge, un gilet jaune du Morbihan de passage dans la région, partage le sentiment de Denis. Pour lui, le grand débat, c’était de la poudre aux yeux : « Dans la plupart des débats les gens étaient triés sur le volet. On les aiguillait vers les réponses que M. Macron et son gouvernement voulait entendre. Et les réponses Emmanuel Macron, il les avait déjà. » Vidéo intégrée Edouard Philippe ✔ @EPhilippePM Nous vivons dans un pays où, à certains endroits, on ne se voit plus et on ne se parle plus. Et quand le service public ferme ou déménage, c’est l’Etat – le dernier rempart – qui abandonne aussi. #GrandDébat #ParolesdeFrançais 314 12:24 – 8 avr. 2019 299 personnes parlent à ce sujet Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité Lors de son discours ce midi à Paris, Edouard Philippe a déclaré au sujet de l’isolement des Français : « Nous vivons dans un pays où on ne se voit plus, on ne se parle plus ». Mais pour Serge, c’est aux politiques de venir s’enquérir des préoccupations des citoyens, notamment des gilets jaunes : « On n’a pas vu de membres du gouvernement venir dans les assemblées des Gilets jaunes. Au lieu de nous envoyer des CRS, on aurait souhaité qu’ils nous écoutent. Maintenant c’est trop tard. La confiance est totalement perdue. Il faut qu’Emmanuel Macron démissionne. Ce gouvernement doit arrêter de nous prendre pour des demeurés et des moins que rien », martèle ce gilet jaune. Emmanuel Macron devrait faire des annonces en fonction des compte-rendus du grand débat à la fin du mois d’avril. Les gilets jaunes de Trélissac, eux, n’abandonne pas la lutte. Ils ont l’intention de manifester ce jeudi à Périgueux contre la réforme du système de retraite. Par : Laurence Méride France Bleu Périgord Twitter Sur le même sujet

les gilets jaunes tractent sur le marché de Saint-Astier pour dénoncer « la répression » du gouvernement Jeudi 14 mars 2019 à 17:16

Société DOSSIER : Mouvement des « gilets jaunes » Dordogne : les gilets jaunes tractent sur le marché de Saint-Astier pour dénoncer « la répression » du gouvernement Jeudi 14 mars 2019 à 17:16 – Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner est attendu ce vendredi matin à Saint-Astier, en Dordogne, pour célébrer les 50 ans du centre d’entraînement des forces de gendarmerie. Ce jeudi, à la veille de cette visite, des gilets jaunes ont distribué des tracts sur le marché de Saint-Astier Les gilets jaunes ont distribué une lettre ouverte au ministre de l’intérieur sur le marché de Saint-Astier Les gilets jaunes ont distribué une lettre ouverte au ministre de l’intérieur sur le marché de Saint-Astier © Radio France – Antoine Balandra Saint-Astier, France Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner ainsi que son secrétaire d’Etat Laurent Nunez sont attendus ce vendredi matin à Saint-Astier. Ils viennent célébrer les 50 ans du centre national d’entraînement des forces de gendarmerie. Centre créé en 1969 après les émeutes de mai 68. Et qui forme notamment au maniement des très contestées lanceurs de balles de défenses, les LBD. Environ 13.000 tirs de LBD ont été par exemple recensés depuis le début du mouvement des gilets jaunes, avec de nombreux blessés à la clef. Selon les chiffres des gilets jaunes, 18 personnes ont été éborgnées, 5 ont eu la main arrachée. Alors ce jeudi, pour dénoncer ce qu’ils appellent la « répression » policière, des gilets jaunes périgourdins ont distribué des tracts sur le marché de Saint-Astier. En fait, une lettre ouverte à Christophe Castaner qui ne devrait finalement pas rencontrer les gilets jaunes comme l’explique Chantale, gilet jaune depuis le début du mouvement. « Nous sommes des pacifistes, et nous réprouvons cette répression du gouvernement, car nous avons des blessés graves, des gens éborgnés, qui perdent la main, quand vous voyez un manifestant à terre qui a ses lunettes écrasées, c’est anormal dans un Etat de droit, censé… Etat de droit » dit Chantale Elle espère quand même qu’une délégation de gilets jaunes aura accès au ministre. Mais elle en doute : « je pense qu’il n’a pas le courage d’affronter les gilets jaunes en face, c’est plus facile d’envoyer des CRS » dit-elle. Mots-clés : département Dordogne gendarmerie gouvernement Grand débat national manifestation ministre Périgord violence

INFO COMPTE RENDU DE LA REUNION DEPARTEMENTALE

DU 25 FEVRIER
A cette réunion étaient présents les groupes de:

– Bergerac
-Creysse
– Grand Ribérac et Sud Charente
– Marsac
– Montpon Ménesterol
– Mussidan
– Pays Foyen
– Périgord vert
– Sarlat
– Trélissac

Depuis un certain temps, certains citoyens posaient la question sur la légitimité
des membres de l’organisation interne du département.
Ces membres de l’organisation sont: Stéphane, Pascal, Thomas et Christelle.
Tous les représentants des groupes du département ont donc voté si la présence
de ces 4 membres au département étaient utiles ou pas.
Voici le résultat du vote:

– pour la présence de Stéphane (modérateur) 9 voix
– pour la présence de Pascal (réflexion ) 9 voix
– pour la présence de Thomas (modérateur) 8 voix
– pour la présence de Christelle (secrétaire) 10 voix
Par conséquent, Stéphane, Pascal, Thomas et Christelle sont donc reconduits
dans leurs postes respectifs au département.
Par ailleurs, il a été décidé, d’un commun accord, que chaque QG, chaque ville,
doit posséder son propre groupe d’action et son propre groupe de réflexion.
Les représentants de chaque QG, chaque ville se doivent de poser la question à
leurs membres.
En outre, une charte de bonne conduite des membres du département est en
cours d’élaboration.
Par rapport à la 4ème Marche Départementale, prévue pour le samedi 02 mars
2019, à Nontron, voici les dernières précisions.

– 11h00 Pique-nique tiré du sac au Stade St Martial de
Valette", à Nontron.

– 13h00 rassemblement du groupe de la Sécurité du
Département au niveau du stade. Port du brassard rouge,
officiel par les membres de la sécurité).

– 14h00 départ de la 4ème Marche Départementale

Pour trouver le stade de Nontron, un fléchage sera indiqué à partir du début de
la ville.
Il n’est pas négligeable de rappeler que pour des raisons de sécurité, la marche
sur les trottoirs est uniquement réservée aux citoyens non manifestants et aux
membres de la sécurité en cas d’urgence. Merci à tous les manifestants de
respecter cette consigne.
Un appel est fait auprès de la FFMC 24 auprès des motardes et des motards.
Pour plus d’informations, n’hésitez pas à aller sur leur page.
Il serait bien, aussi, de préparer des pancartes avec des slogans, des
revendications pour cette 4ème Marche Départementale.
Au niveau de la communication pour cette Marche Départementale, les groupes
doivent continuer à tracter dans leurs villes respectives jusqu’à vendredi soir
mais aussi il est demandé d’innover en mettant en place des hommes sandwichs.
(ou des femmes).
(Il s’agit de se mettre 1 grande pancarte devant et une grande pancarte derrière
soi et de se promener dans les zones d’affluence des villes). C’est un exemple de
communication mais vous pouvez tout aussi bien mettre une grosse affiche sur
votre voiture ou votre camion, ou devant chez vous.
Pour ce qui est de la communication par la presse, les médias suivants ont été
contactés:

– Sud Ouest
– Dordogne Libre
– France Bleue
– l’Echo

En tout cas, le groupe du Département vous attend nombreux à cette 4ème
Marche Départementale.
Après avoir fait cette 4ème Marche Départementale, nous aurons alors fait le tour des 4 Périgords: Effectivement, nous rappelons que la 1ère Marche
Départementale s’est effectuée dans le Périgord Pourpre (Bergerac), que la 2ème Marche Départementale s’est effectuée dans le Périgord Blanc (Périgueux), que la 3ème Marche Départementale s’est effectuée dans le Périgord Noir (Sarlat) et que, on conclut ces marches par la 4ème avec celle du Périgord Vert (Nontron).

Ces 4 Marches Départementales, finalisent l'unification des groupes du département de la Dordogne.
Les représentants des groupes du département pensent donc qu’il est temps de faire un point sur les actions réalisées. On demande donc à tous les représentants de QG ou de villes de demander à tous leurs membres ce qu’ils aimeraient faire comme actions pour rassembler les Gilets Jaunes et les citoyens du Département de la Dordogne. Merci de partager cette information dans tous les groupes du département.
Au niveau des actions, les représentants des groupes du Département voudraient mettre en place une organisation pour partir à Paris, pour la manifestation prévue pour le 16 mars à Paris.
Par conséquent, un sondage Tous à Paris pour le 16 mars est mis en place sur la page du département. Merci de le partager sur tous les groupes.
Si vous êtes intéressés, veuillez nous contacter sur la page gilets jaunes Unis de Dordogne.
Maintenant ,voici quelques actions prévues par les différents groupes sur tout le département:

– samedi 02 mars: 4ème Marche Départementale sur Nontron
– mardi 05 mars: Carnaval tous en jaune à partir de 18h00
au rond point Madrazes de Sarlat.
– 8,9 et 10 mars: Mouvement national prévu dans toute la
France (actions dans toutes les villes)
– samedi 9 mars: Marches des femmes et soutien aux blessés
des manifestations à Périgueux
– mardi12 mars: Nettoyage des bords des routes en gilet
jaune ou pas (prévu dans tous les QG et
toutes les villes du département en même
temps. Un communiqué de presse sera fait
ultérieurement.
– jeudi14 mars: Venue de Jean Lassalle à Piégut
(18h30 film sur Jean Lassalle), (libre choix

d’y aller ou pas)

– samedi16 mars: Ultimatum fait au président Macron suivi
suivi d’;un appel à tous à monter sur Paris

si nos doléances ne sont toujours pas
entendues

(voir sondage mis sur la page du département)

– samedi 30 mars: Remise des doléances lors du carnaval de

Brantôme

– samedi 05 avril: Conférence avec Philippe Pascot
(Ecrivain de l’;essai Pilleur d’Etat)
à Trélissac.

Il vous est demandé de vous rapprocher de vos QG ou de vos villes respectives
pour obtenir plus d’informations quant à ces différents actions ou alors d’aller
sur la page du département Les Gilets Jaunes du Département Unis de de dordogne

N’oubliez pas de venir nombreux à la 4éme Marche Départementale de Nontron,
samedi prochain.
Toute l’équipe du département de la Dordogne vous souhaite une
excellente semaine citoyenne.

 

Accéder au groupe facebook