TRANSITION CITOYENNE

Dordogne : La Bascule réunit 200 citoyens pour imaginer un avenir meilleur

Originaire de Bretagne, La Bascule a organisé un rassemblement citoyen pour fédérer autour de la nécessité urgente de changement de modèle sociétal. Une transition citoyenne qui a rencontré de l'écho en Dordogne / © France 3 Périgords - Bertrand Lasseguette & Delphine Roussel-Sax
Originaire de Bretagne, La Bascule a organisé un rassemblement citoyen pour fédérer autour de la nécessité urgente de changement de modèle sociétal. Une transition citoyenne qui a rencontré de l’écho en Dordogne / © France 3 Périgords – Bertrand Lasseguette & Delphine Roussel-Sax

PARTAGES

Ecologie, citoyenneté, éducation, ruralité, sécurité, santé tout ce qui fait notre présent et surtout fera notre avenir a été au centre d’une réunion organisée près de Périgueux par La Bascule, un « lobby citoyen » originaire de Bretagne. L’occasion peut-être de reprendre sa destinée en main

Par Pascal FaiseauxPublié le 13/05/2019 à 16:21 Mis à jour le 13/05/2019 à 16:28C’est une manière de faire de la politique autrement. Ou du moins, c’est le moyen pour le citoyen de reprendre la main et de faire lui-même de sa propre politique.

​​​​​​La Bascule est un lobby citoyen national qui s’est créé à Pontivy, en Bretagne à l’initiative de Maxime de Rostolan et d’une quinzained’étudiants. Le but : rassembler des propositions et former des citoyens pour les municipales de 2020 afin de faire face aux urgences. Urgence climatique et environnementale tout d’abord face à la catastrophe sur laquelle nous alertent en vain les scientifiques depuis des années, mais aussi urgence dans les domaines de l’agriculture, l’éducation ou encore la finance.

Organisés en groupes de travail, une centaine de bénévoless’emploie à accélérer une transition démocratique, écologique et sociale qui selon eux s’impose. Propositions politiques, assemblées citoyennes, formation de citoyens pour les élections municipales, organisation de campagnes d’actions et de mobilisation, accompagnement de projets de territoires, financement d’entreprises à impact, tout ce qui peut aller dans le bon sens est le bienvenu.

Un changement de paradigme qui exige que la prise de conscience, tout comme les solutions, partent « de la base ». L’échelon local étant l’un des derniers où l’individu puisse encore avoir prise, c’est en organisant des réunions sur le terrain que La Bascule fédère et fait avancer les choses. 

C’était le cas ce week-end à Coulounieix-Chamiers, au château des Izards, où associations, écologistes, Gilets Jaunes et simples citoyens se sont réunis et ont échangé autour du climat, du modèle de société nouvelle à créer, et des solutions concrètes et urgentes qu’il convient de mettre en place. 

Les 200 participants y sont allé de leurs propositions et ont pu constater qu’ils se rejoignaient sur beaucoup de solutions transversales. De quoi espérer que la bascule vers une transition citoyenne intelligente se fasse en harmonie, et pour le bien collectif

200 citoyens réunis en Dordogne pour imaginer un autre monde
Membres d’association, Gilets Jaunes, simples citoyens concernés par leur devenir, il se sont réunis pour échanger et imaginer un avenir différent et meilleur. Une dynamique exaltante et des solutions concrètes qui se rejoignent… – France 3 Périgords – Bertrand Lasseguette & Delphine Roussel-Sax

publicité

AquitaineLimousinPoitou-Charentes

19/20

AquitaineLimousinPoitou-Charentes

ÉDITIONS LOCALES

Édition AtlantiqueBordeaux MétropoleEuskal Herri Pays BasqueLe journal continuPau Sud AquitainePays de CorrèzePérigords

LES PLUS CHAUDS

Sur l'Île d'Oléron, le coq Maurice aura un procès
Sur l’Île d’Oléron, le coq Maurice aura un procès
L'hélicoptère de la Sécurité Civile est intervenu sur le Fort Boyard à deux reprises en une semaine
L’hélicoptère de la Sécurité Civile est intervenu sur le Fort Boyard à deux reprises en une semaine
Creuse : Picoty SA rançonnée après une cyberattaque
Creuse : Picoty SA rançonnée après une cyberattaque

SUR LE MÊME SUJET

Paroles d’anciens : Louis Dauny, du tricot au maquis

Comprendre la franc-maçonnerie en Limousin

Saintes (17) : La repasserie solidaire veut créer de l’emploi et aider les entreprises

Agressions canines envers les facteurs: comment la Poste passe à l’action en Auvergne Rhône-Alpes ?

Dans le Valenciennois, deux collégiens qui se connaissaient se suicident à une dizaine de jours d’intervalle

VIDÉO. Haisnes : CAF, Sécu, Pôle emploi… des services au public vont s’installer dans une ancienne chapelle

200 citoyens réunis en Dordogne pour imaginer un autre monde

Bordeaux : grève des chauffeurs de tram et de bus, quelques perturbations sur le réseau

Landes : incendie dans une scierie à Lesperon

Libourne : une Fnac doit ouvrir en centre-ville en 2020TOUTES LES VIDÉOS

LES + LUS

LES + PARTAGÉS

LES INDISPENSABLES

VOS ÉMISSIONS RÉGIONALES

VOS SERVICES

S’ABONNER À LA NEWSLETTERnouvelle
aquitaine

Une manifestation contre l’interdiction de manifester à Périgueux Samedi 13 avril 2019

Une manifestation contre l’interdiction de manifester à Périgueux Samedi 13 avril 2019 à 13:23 – Par Laurence Méride, France Bleu Périgord Ils étaient une petite centaine devant le palais de justice de Périgueux samedi matin. La FSU, des gilets jaunes ou encore la Ligue des droits de l’homme se sont rassemblés pour protester contre la loi « anticasseurs » entrée en vigueur ce mardi. Les gilets jaunes, la ligue des droits de l’homme, la FSU et la CGT demande que la loi « anticasseurs » soit retirée Les gilets jaunes, la ligue des droits de l’homme, la FSU et la CGT demande que la loi « anticasseurs » soit retirée © Radio France – Laurence Méride Périgueux, France « Nous avons la liberté aussi de penser et la liberté de nous exprimer ». Franck Merlin Anglade, président de la section du Grand Périgueux de la ligue des droits de l’homme, est formel, cette loi n’a pas sa place en France. En particulier l’article 6 qui interdit de dissimuler son visage sous peine d’une amende de 15 000 euros et d’un an d’emprisonnement. « Le gouvernement peut prendre des dispositions qui n’amoindrissent pas les liberté des gens. Le droit de manifester est un droit constitutionnel, il fait partie de la Déclaration universel des droits de l’homme. Le gouvernement agit dans la précipitation, sur un clientélisme politique. On a une majorité actuellement, En Marche, qui n’a qu’une seule voix, comme si le génie d’un seul homme, Emmanuel Macron ndlr, pouvait remplacer le génie de tout un peuple. C’est aberrant. La démocratie est grignotée chaque jour. » explique Franck Merlin Anglade. Des violences non maîtrisées par l’Etat Et devant le palais de justice, il n’est pas le seul à tenir ce discours. Pour Teddy Guitton, secrétaire départemental du syndicat FSU, le gouvernement aurait dû anticiper les violences en marge du mouvement des gilets jaunes, violences à l’origine de la promulgation de cette loi : « Nous ce qu’on regrette c’est que le gouvernement n’ait pas agi en amont. Pourquoi avoir laissé les violences s’installer en France ? Quand les manifestations sont encadrées que ce soit par nous organisation syndicale ou par eux, on n’a jamais de soucis. Là ils ont tout laissé venir se faire sans pouvoir contrôler. » La démocratie est grignotée chaque jour Le syndicaliste exige que le peuple français puisse manifester comme avant c’est-à-dire, notamment, en organisant des rassemblements citoyens spontanés ce qu’interdit la loi « anticasseurs ». L’article 3 de la loi avait également été épinglé par la ligue des droits de l’homme. Mais le Conseil constitutionnel a refusé de le valider. Il donnait le pouvoir à l’autorité administrative le pouvoir d’interdire de manifestations toute personne présentant une « menace d’une particulière gravité pour l’ordre public ». Mots-clés : gouvernement manifestation syndicat

les annonces du Premier ministre laissent les Gilets jaunes de Trélissac indifférents Lundi 8 avril 2019 à 18:35

Grand débat : les annonces du Premier ministre laissent les Gilets jaunes de Trélissac indifférents Lundi 8 avril 2019 à 18:35 – Par Laurence Méride, France Bleu, France Bleu Périgord La restitution du grand débat national a eu lieu ce lundi au Grand Palais à Paris, en présence du Premier ministre Edouard Philippe. Pour les Gilets jaunes du quartier général de Trélissac, le gouvernement ne tirera aucune mesure des contributions des citoyens français. Les gilets jaunes de Trélissac maintiennent leurs revendications mais n’attendent pas de mesures de la part du gouvernement Les gilets jaunes de Trélissac maintiennent leurs revendications mais n’attendent pas de mesures de la part du gouvernement © Radio France – Antoine Balandra C’était il y a deux mois. Le président de la République Emmanuel Macron lançait le Grand débat national en réponse au mouvement des Gilets jaunes. Ce lundi, c’était l’heure du bilan. Sous la verrière du Grand Palais à Paris, le Premier ministre Edouard Philippe tirait les conclusions de centaines de milliers de contributions citoyennes. Le chef du gouvernement a retenu quatre axes principaux : « Une tolérance fiscale zéro », l’isolement des français, l’exigence démocratique et la préoccupation écologique. Il a estimé que ces débats indiquent « clairement la direction à prendre: nous devons baisser, et baisser plus vite, les impôts ». Ce gouvernement doit arrêter de nous prendre pour des demeurés et des moins que rien. Mais pour les gilets jaunes du quartier général de Trélissac, ces revendications ne datent pas d’aujourd’hui. La hausse du pouvoir d’achat, la justice fiscale, la baisse des taxes du carburant… Ce sont des exigences que Denis porte depuis le début du mouvement. Il ne croit pas que des mesures seront prises par le gouvernement grâce aux contributions du grand débat : « Je n’attends rien du grand débat depuis le début du grand débat. Ce sont des revendications qu’ l’on connaît depuis le début du mouvement même si on n’a pas voulu les entendre. On a encore jusqu’au 15 avril pour avoir des annonces concrètes et on ne les aura pas. » À LIRE AUSSI Synthèse du grand débat : ce qu’il faut retenir des contributions Le grand débat national, une imposture Serge, un gilet jaune du Morbihan de passage dans la région, partage le sentiment de Denis. Pour lui, le grand débat, c’était de la poudre aux yeux : « Dans la plupart des débats les gens étaient triés sur le volet. On les aiguillait vers les réponses que M. Macron et son gouvernement voulait entendre. Et les réponses Emmanuel Macron, il les avait déjà. » Vidéo intégrée Edouard Philippe ✔ @EPhilippePM Nous vivons dans un pays où, à certains endroits, on ne se voit plus et on ne se parle plus. Et quand le service public ferme ou déménage, c’est l’Etat – le dernier rempart – qui abandonne aussi. #GrandDébat #ParolesdeFrançais 314 12:24 – 8 avr. 2019 299 personnes parlent à ce sujet Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité Lors de son discours ce midi à Paris, Edouard Philippe a déclaré au sujet de l’isolement des Français : « Nous vivons dans un pays où on ne se voit plus, on ne se parle plus ». Mais pour Serge, c’est aux politiques de venir s’enquérir des préoccupations des citoyens, notamment des gilets jaunes : « On n’a pas vu de membres du gouvernement venir dans les assemblées des Gilets jaunes. Au lieu de nous envoyer des CRS, on aurait souhaité qu’ils nous écoutent. Maintenant c’est trop tard. La confiance est totalement perdue. Il faut qu’Emmanuel Macron démissionne. Ce gouvernement doit arrêter de nous prendre pour des demeurés et des moins que rien », martèle ce gilet jaune. Emmanuel Macron devrait faire des annonces en fonction des compte-rendus du grand débat à la fin du mois d’avril. Les gilets jaunes de Trélissac, eux, n’abandonne pas la lutte. Ils ont l’intention de manifester ce jeudi à Périgueux contre la réforme du système de retraite. Par : Laurence Méride France Bleu Périgord Twitter Sur le même sujet

les gilets jaunes tractent sur le marché de Saint-Astier pour dénoncer « la répression » du gouvernement Jeudi 14 mars 2019 à 17:16

Société DOSSIER : Mouvement des « gilets jaunes » Dordogne : les gilets jaunes tractent sur le marché de Saint-Astier pour dénoncer « la répression » du gouvernement Jeudi 14 mars 2019 à 17:16 – Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner est attendu ce vendredi matin à Saint-Astier, en Dordogne, pour célébrer les 50 ans du centre d’entraînement des forces de gendarmerie. Ce jeudi, à la veille de cette visite, des gilets jaunes ont distribué des tracts sur le marché de Saint-Astier Les gilets jaunes ont distribué une lettre ouverte au ministre de l’intérieur sur le marché de Saint-Astier Les gilets jaunes ont distribué une lettre ouverte au ministre de l’intérieur sur le marché de Saint-Astier © Radio France – Antoine Balandra Saint-Astier, France Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner ainsi que son secrétaire d’Etat Laurent Nunez sont attendus ce vendredi matin à Saint-Astier. Ils viennent célébrer les 50 ans du centre national d’entraînement des forces de gendarmerie. Centre créé en 1969 après les émeutes de mai 68. Et qui forme notamment au maniement des très contestées lanceurs de balles de défenses, les LBD. Environ 13.000 tirs de LBD ont été par exemple recensés depuis le début du mouvement des gilets jaunes, avec de nombreux blessés à la clef. Selon les chiffres des gilets jaunes, 18 personnes ont été éborgnées, 5 ont eu la main arrachée. Alors ce jeudi, pour dénoncer ce qu’ils appellent la « répression » policière, des gilets jaunes périgourdins ont distribué des tracts sur le marché de Saint-Astier. En fait, une lettre ouverte à Christophe Castaner qui ne devrait finalement pas rencontrer les gilets jaunes comme l’explique Chantale, gilet jaune depuis le début du mouvement. « Nous sommes des pacifistes, et nous réprouvons cette répression du gouvernement, car nous avons des blessés graves, des gens éborgnés, qui perdent la main, quand vous voyez un manifestant à terre qui a ses lunettes écrasées, c’est anormal dans un Etat de droit, censé… Etat de droit » dit Chantale Elle espère quand même qu’une délégation de gilets jaunes aura accès au ministre. Mais elle en doute : « je pense qu’il n’a pas le courage d’affronter les gilets jaunes en face, c’est plus facile d’envoyer des CRS » dit-elle. Mots-clés : département Dordogne gendarmerie gouvernement Grand débat national manifestation ministre Périgord violence